Bökamp
Nolte à la maison

Homestory: 1 maison à colombages, 3 cuisines - travail et vie sous un même toit

Non loin des jardins thermaux de Bad Oeynhausen, le bureau d'architecture Bökamp est installé dans une maison à colombages vieille de plus de 200 ans. Le bâtiment pittoresque a été entièrement rénové en 2013 et abrite, outre le bureau d'architecture, un cabinet de naturopathie et de physiothérapie, l'espace de vie privé de la famille Bökamp et - trois cuisines Nolte. L'interview suivante vous en dira plus sur la rénovation de la maison à colombages, la planification des cuisines et les conseils d'experts en matière de construction de maisons :

1. Comment vous est-il venu à l’idée de rénover une maison à colombages ?
C’est en nous promenant avec le chien que cette idée nous est venue à l’esprit. Compte tenu de sa situation centrale à Bad Oeynhausen, nous avons eu envie de réveiller cette friche de son sommeil. De façon générale, nous avons une affinité particulière avec les bâtisses anciennes et historiques. Dans un premier temps, nous avions pensé affecter l’ensemble à un projet client. En 2012, nous avons décidé d’entreprendre ce projet pour nous-mêmes.

2. Quelles difficultés avez-vous rencontrées pendant la rénovation de cette maison à colombages ?
Le principal challenge a été de trouver un concept d’affectation approprié en accord avec les services publics. Il a surtout fallu trouver une solution pour la partie la plus ancienne, la dépendance qui était autrefois utilisée comme écurie. Le deuxième grand challenge résidait dans le fait que cette maison à colombages n’était plus utilisée depuis longtemps. L’ossature bois extérieure des colombages n'avait pas été entretenue, ce qui a soulevé la question de savoir comment la restauration pouvait être gérée, également en ce qui concerne le remplacement du bois. Tous ces points ont du être discutés avec les autorités compétentes en matière de protection des monuments historiques.

3. Quels points ont du être observés en matière de protection des monuments historiques ?
Une rénovation conforme à l’état existant a du être réalisée, c’est-à-dire des mesures visant à conserver et à augmenter la valeur à l’intérieur et à l’extérieur de la bâtisse ont du être mises en oeuvre. Une très grande partie des colombages a du être remplacée, consolidée et sécurisée, ce qui a nécessité un très long travail manuel. En outre, le bâtiment a du être relevé pour la mise en oeuvre d’une dalle neuve. Toutes ces opérations requièrent une étroite collaboration et ne fonctionnent que dans le cadre d’un travail d’équipe.

4. Comment vous est-il venu à l’idée d'y aménager un bureau d'architectes, un cabinet, mais aussi votre domicile ?
Le cabinet était la bonne solution pour l’utilisation de la dépendance. Le projet d’y installer notre habitation n'a vu le jour que plus tard, à la suite du départ d’un ancien locataire ; c’est ainsi que nous avons saisi l’occasion de changer de domicile.

5. Qu’est-ce qui vous a poussé à déménager le cabinet d'architectes dans la maison à colombages ?
La partie non aménagée dans les combles offrait la possibilité de tout aménager conformément à nos attentes et d’agencer l’espace en fonction de nos propres besoins. De plus, nous nous passionnons pour les bâtiments classés monuments historiques et leur histoire. Tout comme pour l’histoire de notre entreprise : Karl Ottensmeyer, fils d’une ancienne famille de paysans de Westphalie, n’est pas devenu paysan, mais architecte. Il y a plus de 70 ans, il a fondé le cabinet qui est aujourd’hui Architekten Bökamp. Pour nous, l’emménagement au printemps 2020 dans cette ferme a été ressenti comme un « retour aux sources ».

6. Pourquoi les combles ont-ils été rénovés seulement en 2019, et pas en même temps que le reste en 2014 ?
Maintenant, on peut dire que c’était une bonne décision. À l’époque, c’était tout simplement une question d'argent. L’usage potentiel avait déjà été garanti juridiquement, toutefois initialement comme bien à usage résidentiel potentiel, et non à usage professionnel. Un point déterminant était également le fait que l’aménagement intérieur des combles n’entrait pas, en termes de financement, dans le cadre d’une déduction fiscale et qu'il n’y avait aucun amortissement pour bâtiment classé monument historique.

7. Quels détails historiques ont été conservés dans la maison à colombages ?
Pour l’essentiel, tout d'abord la façade avec carreaux/colombages, la répartition des fenêtres, également dans l'annexe notamment côté ouest, mais aussi côté sud et est, ont été conservées, c’est-à-dire toutes ces parties ont été restaurées comme à l’origine. À l’intérieur, on retrouve la même dépendance aspect bois qu’à l’époque, à l’exception du plancher qui était initialement pavé et sans dalle. Les pavés historiques qui comportaient des marques d’utilisation d’engins agricoles (sillons des charrettes/etc...) ont été également nettoyés et réutilisés à l’extérieur. Il en va de même pour les anciens abreuvoirs en grès, qui servaient de mangeoires. Ils sont réutilisés comme jardinières à l’extérieur. La répartition des espaces dans l'annexe est quasiment inchangée, seule la fonction des pièces a été modifiée.

8. Compte tenu du fait que le bâtiment est classé monument historique, a-t-il fallu prendre en compte certains aspects dans la planification des cuisines ?
Non, en fait, pas vraiment. La planification des cuisines a suivi la disposition et l’affectation des pièces, indépendamment du fait que le bâtiment soit classé monument historique.

9. À quel moment de la rénovation avez-vous commencé la planification des cuisines ?
Nous commençons généralement la planification de la cuisine dès le début de la planification préliminaire. La planification de la cuisine est affinée plus en détail par la suite, puis finalisée avec le concepteur de cuisines avant la commande.

10. Quelle gamme de façades, quel coloris de façade et quel plan de travail ont été mis en oeuvre dans les cuisines ?
La gamme Portland dans la couleur anthracite a été choisie. Le plan de travail est de 12 mm d’épaisseur et également en aspect ciment.

11. Votre bâtisse comprend 3 cuisines Nolte et une arrière-cuisine. Pourquoi avez-vous opté pour l'aspect ciment et pourquoi les trois cuisines ont la même façade ?
L'aspect ciment que nous avons pu découvrir « en réel » dans l’exposition des cuisines Nolte, nous a immédiatement séduit sur tous les plans : très haute qualité, trois superbes couleurs au choix, extraordinaire au toucher, mat et résistant. Tout à fait notre style. Après avoir opté pour cette façade dans notre habitation privée et l’avoir utilisée pendant plus de 4 années, il était évident, pour nous, que nous la choisirions également pour le bureau.

12. Pourquoi y a-t-il deux cuisines dans le bureau ?
Dans le bureau en open space, nous préparons souvent des boissons, comme du café, vu que nous utilisons la salle de réunion avec des clients, des artisans et des visiteurs. Passer par un escalier n’aurait pas été vraiment pratique compte tenu de nos besoins quotidiens. Dans la mansarde, nous avons aménagé l’espace social et/ou réservé à l’équipe, associé à un espace d’échantillonnage et, si besoin à un lieu de travail calme. Cette cuisine est destinée à préparer des repas. Cela évite que les éventuelles odeurs arrivent dans le bureau.

13. 3 cuisines, dont une kitchenette, une cuisine deux blocs et un îlot de cuisine. Pourquoi avez-vous choisi trois formes différentes ?
Nous voyons, presque au quotidien de par notre travail, que chaque cuisine répond à des besoins différents et doit être adaptée à des conditions différentes. Et bien sûr, c’était également le cas pour nous. De par sa taille, la kitchenette convient idéalement dans notre espace bureau. La cuisine deux blocs est utilisée comme cuisine commune dans le bureau par nos collaborateurs et par nous-mêmes. Par conséquent, elle nécessitait un peu plus de place et d’équipement que la kitchenette qui se trouve directement dans le bureau. Dans notre habitation privée, nous avons opté pour un îlot de cuisine avec cuisinière à gaz et grande hotte aspirante, ainsi que pour une table debout, pratique pour prendre un petit-déjeuner rapide.

14. Pourquoi avez-vous opté pour une façade sans poignée ?
Nous adorons les formes et les lignes épurées. Le minimalisme est parfois un plus.

15. Qu’est-ce qui est important dans l’équipement d’une cuisine de bureau et de quoi ont besoin les collaborateurs pour leur travail quotidien ?
Un grand réfrigérateur était surtout important pour nous. Pour pouvoir préparer soi-même son repas de midi. Parfois, nous organisons également des « bottlepartys ». Chacun apporte quelque chose et les restes sont conservés jusqu’au lendemain. Pour cela, un grand réfrigérateur est également très pratique. Nous voulions aussi disposer de grands compartiments de congélation pour les produits surgelés et la glace. Outre les points précités, des espaces de rangement pour le nécessaire du quotidien étaient également importants. Dans les combles, nous avons, par exemple, pu installer des armoires hautes. Ainsi, chaque chose est à sa place et tout peut être rangé convenablement et sûrement dans les armoires.

16. Pourquoi avez-vous opté pour une arrière-cuisine ? Se trouve-t-elle dans votre espace privé ?
Oui, l'arrière-cuisine est attenante à la cuisine de notre habitation privée et offre énormément de place comme espace de rangement ; elle remplace également la cave. Vu que l’espace n’est séparé que par une porte et que cette porte est parfois ouverte, il était important pour nous de choisir la même déco que dans la cuisine.

17. Vivre et travailler sous le même toit, comment cela se passe-t-il ? Est-il parfois difficile de dissocier vie professionnelle et vie privée ?
Avec les chaussons au bureau, sûrement. Quand on a besoin de quelque chose, pas besoin de faire un long trajet. C’est très pratique quand l’ordinateur portable, le poste de travail et le bureau ne sont plus nécessaires et quand le travail peut ainsi disparaître du lieu d’habitation. Avec un peu de volonté de séparer vie professionnelle et vie privée et 2 portes d’entrée, c’est une bonne solution.

18. En tant que professionnels, vous concevez des maisons tous les jours. À quel moment est réalisée la planification de la cuisine, en règle générale ? Quels conseils donneriez-vous, concernant la planification de la cuisine, aux personnes qui réalisent leur rêve de devenir propriétaire ? Quelles erreurs sont souvent commises ?
Il est difficile de répondre à cette question de manière générale ; ces questions sont discutées au cas par cas selon les besoins et les attentes dans le cadre de la planification préliminaire. Nous constatons, en principe, que la cuisine est devenue aujourd’hui, et qu’elle est depuis longtemps déjà, le « lieu central » dans la maison. C’est là que se déroule l’essentiel de la vie de famille. Par conséquent, la surface et la disposition sont différentes de ce qu’elles étaient il y a encore une vingtaine d'années ou à l’époque où la kitchenette a vu le jour dans les années 50. À noter également que la grande table requiert également une deuxième fonction pour des réunions plus petites. Le comptoir de cuisine permet souvent de répondre à ce besoin. Non seulement pour prendre un expresso, mais aussi, en termes de largeur et d’organisation, pour poser la vaisselle. La vue vers l’extérieur doit, bien entendu, être prise en considération. Au temps du Covid, la cuisine fait office de « table haute » multi-fonctions, mais aussi pour le suivi des devoirs avec Papa pendant qu’il cuisine ou pour la lecture rapide d’e-mails pour Maman quand on ne peut pas faire autrement. Les séparations sont beaucoup moins marquées. Cela simplifie l’organisation et la vie au quotidien. Le concept d’aménagement : un espace flottant, à savoir cuisine, prise de repas, habitat dans une seule pièce, éventuellement séparable avec une porte coulissante pour la cuisine, est le concept d'aménagement choisi par de nombreux clients. Nous prenons également en compte les rapports avec l’intérieur et l’extérieur, à savoir le jardin et la terrasse ou le balcon. Les zones de déplacement et les fonctions autour et dans le mobilier sont particulièrement prises en considération dans l’étude d’un projet. Lorsque, par exemple, je prévois de recevoir des invités, je dois pouvoir accéder à la table au moins de 3 côtés pour offrir un peu d'accueil et de service sans qu’on se sente trop à l’étroit. La disposition du réfrigérateur, des poêles et de la vaisselle paraît évidente, mais elle doit être bien choisie et bien définie. Il ne faut pas oublier que la surface ne fait pas tout, une disposition judicieuse et une qualité appropriée sont déterminantes.
L’aménagement d’une arrière-cuisine (dans les constructions neuves, elle remplace souvent la cave), attenante à la cuisine, idéalement également au garage/carport, disposée « à l’abri des intempéries » est très utile au quotidien. Le stockage n’est plus un aspect essentiel aujourd’hui car nous achetons généralement des produits frais selon nos besoins. Outre la disposition des installations techniques, la buanderie, l’espace pour les tâches ménagères et la petite armoire d’outillage sont aménagés dans cette pièce qui est également éclairée, contrairement aux caves sombres d’autrefois. Les armoires installées en hauteur offrent de la place pour des choses dont on n’a pas besoin au quotidien, comme par exemple, les décorations de Noël ou le papier cadeau.
Enfin, un argument personnel : nos cuisines sont plus grandes, pourtant, on cuisine moins, en général. Les cuisines et les espaces réaménagés offrent la possibilité d’utiliser davantage la cuisine au quotidien avec ses amis, ses enfants et de profiter ensemble de petits moments culinaires. À notre sens, une bonne extraction de l'air est plus efficace qu’une ventilation. Ce point est étudié et, le cas échéant, pris en considération suffisamment tôt dans le projet. Toutes les réflexions menées ne deviennent vraiment intéressantes que si la vie, les sentiments, les goûts sont pris en considération et si le lieu central devient également un lieu de plaisir, de fête ou de détente, si un temps est accordé pour ces moments et ces espaces.
Il faut visiter des cuisines-témoins dans les expositions et puiser de l’inspiration pour sa propre cuisine. Nous conseillons à nos clients de se pencher suffisamment tôt sur la question de la cuisine. Avant le début des travaux, il faut avoir finalisé la planification de cuisine. Au minimum les prises de courant, les systèmes techniques, le cas échéant les hauteurs de pièce et les installations nécessaires, doivent être convenus, les façades peuvent être éventuellement choisies ultérieurement.